Nouvelle approche thérapeutique originale du cancer du sein triple-négatif

Un test clinique multicentre dirigé par un chercheur de l'Université du Maryland Marlene et du centre du Cancer Stewart Greenebaum évaluera une nouvelle approche pour traiter le cancer du sein triple-négatif, un type souvent agressif de cancer qui est plus commun parmi les Afro-Américaines et les jeunes femmes. L'étude aidera les chercheurs à déterminer si un médicament expérimental, l'entinostat, peut reprogrammer les cellules tumorales pour exprimer une protéine appelée récepteur d'oestrogène afin de les rendre sensibles à la thérapie hormonale.

Saranya Chumsri, M.D., oncologue au centre du Cancer de Greenebaum et assistant de médecine à l'Ecole de Médecine de l'Université du Maryland, est l'investigateur principal de l'étude. La recherche, récemment publiée dans le journal médical Cancer Research, montre que l'entinostat peut rendre les cellules triple-négatives du cancer du sein sensibles à une thérapie hormonale tel qu'un inhibiteur d'aromatase. Des études antérieures de laboratoire menées par Angela H. Brodie, Ph.D., professeur de pharmacologie, de thérapeutique expérimentale et chercheur à l'université du Maryland, pionnier de recherche dans le développement des inhibiteurs d'aromatase, une classe de médicaments qui réduit le niveau des oestrogènes produits par l'organisme, ont montré leur action sur les cellules cancéreuses.

Les auteurs, dans cet essai clinique de phase II espèrent que l'entinostat rendra les cellules tumorales plus sensibles à un inhibiteur d'aromatase, l'anastrozole, entraînant la réduction des tumeurs ou, pour le moins, l'arrêt de leur croissance. Actuellement pour les patients présentant un cancer du sein triple-négatif, la chimiothérapie est la seule option de traitement qui a beaucoup d'effets secondaires en comparaison avec les thérapies hormonales comme l'anastrozole.

Environ 15 à 20 pour cent des cancers du sein sont triple-négatifs. Pour des raisons inconnues, il y a une plus forte présence de ce type de cancer du sein parmi les Afro-Américaines, les jeunes femmes et les femmes porteuses de la mutation de gène BRCA1.


article source

Publiť le 06-06-2011




Feed XML