Microbes dans le liquide amniotique

Les études par amplification en chaîne par polymérase (PCR) estiment que la prévalence de l'invasion microbienne de la cavité amniotique (IMCA) est de 30 à 50% plus élevée que celle détectée par des méthodes basées sur cultures. L'invasion microbienne de la cavité amniotique est une cause importante d'accouchements prématurés et de mortalité néonatale

Certaines espèces qui ont été impliqués dans les dommages à long demeurent parmi les envahisseurs les plus communs (par exemple Ureaplasma spp., Mycoplasma spp., Fusobacterium spp. Streptococcus spp., Bacteroides spp. Et Prevotella spp.) Nous savons maintenant à partir d'études basées sur la PCR que les bactéries anaérobies résistantes à la culture de la famille des Fusobacteriaceae sont également courantes dans le liquide amniotique. D'autres microbes d'espèces encore non cultivées et caractérisées ont été détectés par PCR dans le liquide amniotique.

Il semble que l'invasion microbienne -IMCA- est polymicrobienne dans 24 à 67% des cas, cependant le rôle potentiel de synergie pathogène est mal compris. Le recensement microbien de la cavité amniotique reste inachevé.

Une compréhension plus complète de l'origine des IMCA pourra éclairer les orientations futures de la recherche menant à des stratégies améliorées pour prévenir, diagnostiquer et traiter les IMCA.

Source : DiGiulio DB - Département de médecine, Stanford University School of Medicine, Stanford, CA 94305-5107, Etats-Unis.


Rechercher un article


Publiť le 28-02-2012


Feed XML